L'équipe des Nations Unies chargée d'enquêter sur l'utilisation d'armes chimiques est arrivée ce dimanche à Damas, capitale syrienne, pour entamer une mission de 14 jours visant à enquêter sur l'utilisation présumée d'armes chimiques dans les zones frappées par les conflits en Syrie. Cette équipe, composée d'une dizaine d'experts, est arrivée à l'Hotel Four Seasons à bord de cinq véhicules de l'ONU et s'est enregistrée sans faire aucune déclaration. Les membres de ce groupe d'enquête se sont réunis à la Haye début août. L'expert suédois, Ake Sellström, ancien inspecteur des Nations Unies pour le désarmement en Irak, a été mandaté par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour fonder ce groupe en mars dernier. La décision de l'ONU a été prise à la demande du gouvernement syrien. L'enquête sera ouverte sur la base d'un accord entre l'ONU et la Syrie signé fin juillet, qui permet aux enquêteurs de se rendre à Khan al-Asal et sur deux autres sites. Au moins 25 personnes ont été tuées et 130 autres blessées le 19 mars dernier lorsque des hommes armés ont tiré une roquette remplie de produits chimiques à Khan al-Assal. Les emplacements des deux autres incidents "restent confidentiels pour les raisons de sûreté et de sécurité", a expliqué à la presse le porte-parole de l'ONU Martin Nesirky plus tôt ce mois-ci. Le gouvernement syrien et l'opposition syrienne se sont accusés mutuellement d'avoir eu recours à des armes chimiques, des accusations par ailleurs démenties respectivement par les deux camps.