Le ministre sortant de la Défense, Fayez Ghosn, a dévoilé, ce vendredi, des données importantes de sécurité, basées sur les enquêtes avec les suspects arrêtés dans le cadre des opérations entamées sur l'ensemble du territoire libanais. Il a indiqué que les informations qu'il fournissait étaient fondées sur les investigations du service de renseignements de l'armée, qui comprenaient les confessions des suspects arrêtés. "La décision de divulguer des faits sur les derniers évènements de sécurité au Liban se base sur notre conviction de nommer les choses, de façon transparente, comme elles sont," a-t-il dit. M. Ghosn a expliqué que la révélation de ces faits avait pour but de mettre un terme à toutes les hypothèses qui visent à induire en erreur l'opinion publique libanaise. Voici les principales informations, telles que citées par le ministre: "Les services de renseignements de l'armée ont arrêté le suspect Hassan Hussein Rayed qui a admis avoir organisé, avec Omar Ahmad Al-Atrache, des opérations terroristes. Rayed a, de même, admis avoir tué un certain nombre de soldats sur un point de contrôle de l'armée à Wadi Hmayed, à Ersal, aidé par quatre ressortissants syriens. Le suspect a également avoué avoir assassiné, avec quatre autres ressortissants syriens, quatre personnes des familles Al-Jaafar, Al-Amhaz et un citoyen turc à Wady Rafek, dans la Békaa. Le coupable a également orchestré les explosions de Hermel qui ont blessé un nombre d'officiers de l'armée. Rayed était au courant que ses partenaires (Omar Al-Atrache, Sami Al-Atrache, Zuhair Hussein Amoun, Sameh Al-Baridi et Ahmad Abdel Karim Hmayyed) ont essayé, à plusieurs reprises, de faire exploser des régions de la banlieue sud de Beyrouth, a assuré M.Ghosn. "Les enquêtes de renseignements militaires ont appris aussi que Omar Al-Atrache était le cerveau du groupe," dit-il. Les suspects ont également été accusés d'avoir préparé l'explosion de Bir Alabed, le 9 juillet dernier. Le ministre a ajouté que les suspects avaient, de plus, des liens avec le lancement de roquettes contre la banlieue. "Nous veillons sur la paix civile et nous sommes conscients de la gravité des informations de l'armée, c'est pourquoi nous avons choisi de divulguer une petite quantité de ces informations à l'opinion publique," a en outre expliqué le ministre de la Défense. "J'appelle le peuple libanais à soutenir l'institution militaire libanaise pour empêcher les criminels de viser des civils innocents et de saboter notre unité nationale et notre coexistence," a conclu le ministre. Il est à noter que la plupart de ces suspects sont installés dans la région de Ersal qui jouit du soutien du parti du Futur et des services de renseignements étrangères.