Le président de l'Assemblée consultative islamique d'Iran, Ali Larijani, a mis en garde jeudi sur les intrigues des ennemis pour créer fossé entre les musulmans. En allusion à l'attaque meurtrière perpétrée le même jour au Liban, Ali Larijani a condamné cet acte terroriste "douloureux" et a accusé le régime israélien en organisant ce type d'attaques. "Seul le régime israélien et ses alliés occidentaux pourraient être derrière cette attaque sur un siège Hezbollah (Mouvement de la résistance islamique au Liban). Il est clair que les stations de régime israélien au terrorisme pour modifier la sécurité régionale et à assurer leur existence ", a-t-il soutenu. Au moins 20 personnes ont été tuées à la suite d'une explosion dans Zahiyeh, dans la banlieue sud de Beyrouth, la capitale libanaise, et à proximité d'un quartier général du Hezbollah. Quant à la crise égyptienne, M. Larijani a déploré la mort d'Egyptiens dans les récents affrontements entre forces de sécurité et les partisans du président déchu Mohammad Morsi et appelé les deux parties à engager un dialogue national pour mettre fin au conflit. «Ces mesures ne peuvent pas endommager le Hezbollah, un mouvement puissant qui a le soutien populaire au Liban", a-t-il affirmé. "Le choc de l'armée égyptienne avec les citoyens aura des effets néfastes à long terme. Les clercs et les intellectuels de ce pays d'Afrique doivent empêcher les pays occidentaux interviennent dans les affaires intérieures de l'Egypte à réaliser leurs désirs ", a-t-il conclu. Plus d'un mois après le renversement du Morsi, le pays reste divisé entre ses partisans, qui protestent contre ce qu'ils appellent le "coup d'Etat militaire" et détracteurs, qui pensent que le licenciement d'un membre des Frères musulmans est le résultat de son "Une mauvaise performance" depuis près d'un an à la tête du pays.