Aucun des membres du nouveau gouvernement iranien n’est contre le soutien de la RII au Hezbollah libanais. Le site al-Monitor a écrit dans un rapport intitulé « les relations Iran/Hezbollah ne changent pas », citant un responsable iranien dont le nom n’a pas été évoqué, que quel qui soit le président iranien ou ses ministres, le Hezbollah reste le même pour la RII. « Ceux qui croient qu’avec le changement du président, la position de la RII envers le Hezbollah change, font des chimères. Le Hezbollah n’est pas une carte à jouer pour l’Iran. », selon ce responsable iranien qui a qualifié le Hezbollah de couronne dorée de l’axe de résistance qui se défend non seulement face à Israël mais aussi face aux Takfiris. « Le plus important ennemi de l’Iran dans la région, s’avère Israël que le Hezbollah a vaincu en 2006. Ce dont il est toujours capable au cas échéant. », a-t-il rappelé. Al-Monitor a ainsi commenté qu’il ne semble pas qu’aucun des membres du nouveau gouvernement soit contre le Hezbollah. « Lorsqu’il s’agit d’Israël et des groupes de résistance, Rouhani est lui-même un extrémiste. », selon al-Monitor dont le rapport fait allusion, entre autres, à Hossein Dehqan, ministre de la Défense, proposé par Hassan Rouhani, qui a contribué, à l’âge de 25 ans, à la formation du Hezbollah du Liban et qui entretient de bonnes relations avec le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, qui croit, fermement, à Velyat-e-Faqih.