Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, a reçu mardi l'ambassadeur d'Iran en France, Ali Ahani, selon un communiqué émis le même jour. La rencontre, qui a eu lieu trois jours après la prestation de serment du nouveau président iranien, Hassan Rohani, a permis au chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, d'exprimer le souhait de la France de voir l'entrée en fonction de M. Rohani ouvrir une nouvelle étape dans les relations avec l'Iran. Selon le communiqué, l'élection de Hassan Rohani à la présidentielle de juin dernier a montré la volonté de changement du peuple iranien. M. Fabius a ajouté que la France, comme ses partenaires, se tient prête à travailler avec les nouvelles autorités. « L’élection de Monsieur Rohani puise dans la décision de la nation iranienne, c’est pourquoi Paris n’interviendra pas dans les affaires intérieures iraniennes », a affirmé Laurent Fabius qui a ensuite salué la volonté de Téhéran de s’assoir à la table du dialogue avec l’Occident. Fabius a fait allusion aux divergences de vue existant sur le dossier syrien avant d’exhorter les différentes parties à trouver une solution politique via le dialogue. Pour sa part, l’ambassadeur de Téhéran à Paris, Ali Ahani, a qualifié de possible l’accès à une entente sur le programme nucléaire pacifique iranien dans une ambiance de confiance loin de pression et sanction. Monsieur Ahani a ensuite évoqué les nombreuses capacités dont profitent l’Iran et la France pour élargir leurs coopérations. « L’Iran salue un dialogue direct censé assurer les intérêts communs et favoriser une solution adéquate aux crises sévissant au Moyen-Orient », a souligné Ali Ahani.