Le ministre russe des Affaires Etrangères, Serguei Lavrov, a renouvelé son appelle à "l'opposition syrienne" pour arrêter la lutte et s'impliquer dans la solution politique via la table des négociations. Lors d'une conférence de presse tenue conjointement avec la ministre des Affaires Etrangères de Ghana, Hanna Terreh, Lavrov a indiqué que le cycle de la violence s'élargit en Syrie, notamment après l'attentat terroriste qui avait visé hier Damas, affirmant que le Conseil de sécurité doit condamner les actes terroristes perpétré par les groupes terroristes armés en Syrie pour parvenir à l'unification des positions face au terrorisme. Lavrov a indiqué que le conseil de sécurité international a refusé hier de condamner les actes terroristes en Syrie, soulignant que ses positions sont inacceptables et qu'elles se basent sur la politique de double critère. " Nous attendons la réponse de "l'opposition syrienne" sur sa participation à la conférence internationale prévue à Genève sur la Syrie" a-t-il indiqué, soulignant que Moscou continuera à appeler "l'opposition syrienne" à s'asseoir à la table des négociations. Lavrov a exprimé son choc vis-à-vis des informations qui affirment que 450 personnes ont été sauvagement tuées au nord de la Syrie dont des enfants, pour une simple raison à savoir nombre des fils de leur zone ont fait face à l'opposition syrienne et aux terroristes. "Ce qui se passe en Syrie nous dirige à l'appel lancé par le sommet de G-8 du gouvernement syrien et de l'opposition en ce qui concerne l'expulsion du terrorisme en Syrie" a-t-il ajouté. De même, il a affirmé que la tenue d'une deuxième conférence internationale doit être sur la base de la conférence de Genève pour résoudre pacifiquement la crise en Syrie, rappelant que le gouvernement syrien avait confirmé sa disposition à participer à ladite conférence sans aucunes conditions préalables. Il a fait noter avoir discuté avec Terreh de la situation au Moyen-Orient dont la situation en Syrie et en Egypte. De son côté, Terreh a affirmé que son pays continuera à coopérer avec la Russie pour résoudre pacifiquement les crises en Syrie et en Egypte, faisant noter que les Nations Unies doivent adopter des voies plus efficaces qui se basent sur des solutions pacifiques pour résoudre les crises et les problèmes partout dans le monde. Moscou: Lavrov examinera demain avec Ki moon la tenue de la conférence internationale sur la Syrie Moscou a affirmé que le ministre russe des affaires étrangères, Serguei Lavrov, examinera demain avec le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki moon la question de la tenue de la conférence internationale sur la Syrie. Un communiqué publié par le ministère russe des affaires étrangères affirme que Lavrov discutera, lors de sa visite à New York, nombre de questions notamment le règlement de la crise en Syrie dans le cadre de l'initiative russo-américaine qui a appelé à tenir ladite conférence. A noter que le délégué permanent de la Russie auprès des Nations Unies, Vitali Tchourkin, avait affirmé hier que la dislocation de l'opposition syrienne et son incapacité d'assurer une plate-forme du dialogue bloquent la tenue de la conférence internationale sur la Syrie. Riabkov : La progression dans les préparatifs de la conférence internationale sur la Syrie est insuffisante pour entériner la date primaire pour sa tenue Le vice-ministre russe des Affaires Etrangères, Sergueï Riabkov, a considéré que la progression faite récemment dans les préparatifs de la conférence internationale sur la Syrie n'est pas suffisante pour fixer la date primaire pour la tenir. Lors d'une déclaration faite aujourd'hui, Riabkov a indiqué que son pays s'oppose toujours aux tentatives de proposer une solution militaire au lieu du processus politique seul possible. "Malheureusement, les forces influentes et alliées avec une grande force dans la région et ailleurs ont décidé d'encercler la conférence internationale sur la Syrie et elles tentent une autre fois de changer la situation où les forces du gouvernement réalisent des victoires militaires sur le terrain et purifient les territoires du pays des extrémistes. Il a fait noter que l'autre côté qui suscite l'inquiétude de la Russie est les opérations en cours pour unifier le terrorisme "international" suivant la base des positions hostiles à la Syrie. Riabkov a fait savoir que cette conférence est considérée comme un point de départ vers l'opération de réconciliation nationale.