208 citoyens bahreïnis ont été arrêtés, en juillet au cours des attaques des forces de sécurité de Bahreïn contre 648 maisons, au cours desquelles 170 autres ont été blessés, a annoncé le principal mouvement d'opposition bahreïnie al-Wefaq. «Les forces du régime de Bahreïn ont arrêté au mois de juillet 208 citoyens dont une femme et 19 enfants», a précisé Hadi al-Moussaoui, responsable des libertés et des droits de l'homme au Wefaq, lors d'une conférence de presse. M. Moussaoui a également condamné les assauts des forces du régime des Al-Khalifa contre les maisons des citoyens pacifiques au mois béni de Ramadan. «Au cours du mois de juillet 774 manifestations ont eu lieu de par le pays», a ajouté ce militant, cité par Farsnews. Et de souligner: «Les forces du régime ont procédé à plus de 410 cas de châtiment collectif des citoyens. Dans 26 de ces cas, elles ont détruit les biens et propriétés du peuple». De même, «dix-huit cas de ce mauvais comportement à l'égard du peuple bahreïni ont été documentés», a-t-il conclu. Bahreïn vit au rythme de la contestation depuis 2011. Malgré une répression meurtrière des manifestants durant cette période, les manifestants pacifiques ne comptent pas baisser les bras: ils réclament une monarchie constitutionnelle.