C'est le sentiment qui domine tous les esprits en Iran : la Maison Blanche vient de féliciter à sa manière l'investiture de Rohani à la tête de la présidence iranienne faisant part de sa disponibilité à coopérer avec l'Iran. les Etats Unis promettent même d'être un partenaire enthousiaste des "iraniens", si " ces derniers se comportent avec sérieux et se montrent disponibles à résoudre les divergences avec la communauté internationale". soit. mais que faut-il comprendre du récent vote du congrès en faveur des plus dures sanctions qui n'aiet jamais existé dans l'Histoire contre l'Iran et son pétrole? comment se convaincre de "la sincèrité de la partie américaine" quand une majorité de représentants du congrès battent le tambour de la guerre et 76 d'entre eux se plaisent au jour même de l'investiture à envoyer une lettre à l'intention d'obama et à plaider la cause de la guerre ! c'est cette ambiguité qui a dominé l'entretien du président di conseil du discernement du bien de l'Etat , l'ayatollah Rafsanjani avec l'ex chef de la diplomatie européenne , Xavier Solana. " s'il est vrai qu'une reprise des relations passe en général par le dialogue , il est aussi vrai que l'attitude équivoque de l'administration et du congrès américain prête à la suspicion et n'envoie aucun signe positif en direction du peuple iranien" a affirmé M Rafsanjani à son interlocuteur Xavier Solana. "un nouveau chapitre de coopération et d'interaction avec le monde basé sur le principe de respect mutuel et de confiance réciproque vient de s'ouvrir. et la présence des convives étrangers à l'investiture de Dr. Rohani en est la preuve . c'est un point de départ pour s'engager sur un itinéraire nouveau et il faut faire des efforts pour approfondir cette confiance" pour Rafsanjani, " une attitude rationnelle en Politique est le seul moyen humain pour une sortie des crises . "en effet, les sanctions et les menaces pèsent de tout leur poids sur de possibles pourparlers qui devront en princip se dérouler dans un climat serein , a-t-il ajouté. Xavier Solaman a de son côté émis l'espoir que les Etats Unsi et l'Occident s'orient dans le sens d'une amélioration de leur relation avec l'Iran ...