Les émeutiers, sous l’effet de l’émotion après le décès du marchand, sont descendus dans la rue, s’en prenant à coups de pierres aux membres des brigades antiémeutes La rumeur a circulé comme une traînée de poudre aux quatre coins de la ville. Le jeune B. O., lequel, dans un acte désespéré, s'est immolé par le feu dimanche dernier à l’intérieur du commissariat central, est décédé après son transfert au CHU de Batna. Plusieurs jeunes manifestants sont descendus dans la rue, lundi dans la soirée, pour crier leur colère. Ils se sont attaqués à coups de pierres aux éléments de la brigade antiémeute qui encerclaient, durant toute la nuit, le commissariat central, ainsi que le siège de la wilaya. Les manifestants se sont ensuite repliés vers la rue Abbès-Laghrour et ont détruit, sur leur passage, des lampadaires et arraché des plaques de signalisation. À 23h, au centre-ville, les rues étaient déjà désertes. Les policiers sont, de leur côté, intervenus à coups de matraque pour les disperser et une course-poursuite, qui a duré plusieurs heures, s'est engagée à travers les artères du centre-ville. Pour rappel, un marchand de légumes a été empêché d'étaler sa marchandise sur une voie publique dans le cadre de la lutte contre le marché informel. Le jeune B. O., qui a refusé d'obtempérer à l'ordre d'évacuation des lieux, s'est, dans un geste désespéré, immolé par le feu à l’intérieur du commissariat central et des policiers, qui ont tenté, dit-on, de le secourir, ont été brûlés au premier degré. Le jeune revendeur, qui a été transporté sur-le-champ à l'hôpital dans un état comateux, a été évacué ensuite vers le CHU de Batna vu la gravité de ses brûlures. Mais la commune de Khenchela n'a jamais songé à résoudre le problème de création de points de vente des fruits et légumes à travers les quartiers, le problème toujours soumis à des autorisations préalables. Une telle initiative en faveur des petits revendeurs aurait sans doute permis, indique-t-on, de désengorger la circulation dense au centre-ville si elle est aussi accompagnée de création d'espaces aménagés et réglementés de vente de produits alimentaires. Nous apprenons, au moment où nous mettons sous presse, que 20 émeutiers ont été arrêtés par les forces de l’ordre. Ces derniers seront présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Khenchela dans les délais réglementaires, assure-t-on. Entre-temps, la mort du jeune marchand n’a pas été confirmée jusqu’à maintenant de source officielle. Des renforts de policiers de la brigade d'intervention rapide ont été appelés à la rescousse pour parer à toute éventualité. Indiquons qu’une manifestation similaire a eu lieu dans la soirée de dimanche dernier où des dizaines de jeunes ont investi la rue et bloqué la circulation routière jusqu’à 1h du matin “en signe de solidarité” avec leur voisin.