Le président libanais Michel Suleiman, a critiqué la mesure de l'Union européenne (UE) d'inclure le Hezbollah sur sa liste des «organisations terroristes» et a demandé au bloc 28 de reconsidérer sa décision. «Nous espérons que l'UE va reconsidérer sa décision par son désir de ne pas prendre des mesures hâtives pour maintenir la stabilité au Liban", a déclaré Suleiman, lundi soir, à l'ambassadeur de l'UE dans votre pays, Angelina Eichhorst. En réponse au président libanais, Eichhorst a déclaré: «Cette décision sera réexaminée tous les six mois, la mesure ne fait pas obstacle à la poursuite du dialogue avec tous les partis politiques au Liban et n'affecte pas l'aide financière européenne pour le Liban, y compris l'. l'aide humanitaire. " Par ailleurs, le Premier ministre libanais Najib Mikati, a déploré dans un communiqué la mesure de l'UE et a affirmé que son exécutif suivra l'affaire par la voie diplomatique. Pour sa part, le Mouvement de la résistance islamique au Liban, le Hezbollah a publié un communiqué dans lequel il a appelé lundi à "agressif" et "injuste" la décision de l'UE. " Le Hezbollah rejette clairement la décision de l'UE (...) et considère comme une décision agressive , injuste, qui ne repose sur aucune justification ni aucune preuve », dit la note. Libanais du Congrès populaire a également condamné le vote de l'UE contre le Hezbollah et a déclaré que la décision vise à affaiblir la résistance contre le régime israélien .