En analysant le génome d'un enfant préhistorique vieux de 12.600 ans, les chercheurs ont pu confirmer la théorie selon laquelle les Amérindiens sont les descendants de populations ayant immigré depuis l'Asie et non depuis l'Europe. Le peuplement de l'Amérique est une histoire aussi passionnante que débattue au sein de la communauté scientifique. Une nouvelle étude génétique menée par une équipe de chercheurs du Muséum d'Histoire naturelle du Danemark, vient désormais confirmer la théorie dominante selon laquelle les Amérindiens proviennent d'une migration de tribus originaires d'Asie et non pas d'Europe. Il y a environ 15.000 ans, ces populations auraient franchi le détroit de Béring depuis la Sibérie pour rejoindre l'Alaska. Une telle épopée a pu être possible grâce à une baisse du niveau de la mer lors de la fin de la période glaciaire. Pour en arriver à une telle conclusion, les chercheurs ont séquencé le génome d'un enfant préhistorique datant de 12.600 ans. La dépouille du garçon, âgé d'un an et 18 mois au moment de sa mort, a été retrouvée sur le site d'Anzick, dans le Montana. Considéré comme le plus vieux site funéraire mis au jour en Amérique du Nord, Anzick a été découvert en 1968. Il se caractérise par la présence de nombreux objets et d'outils spécifiques de la "culture Clovis". Nombreux de ses objets ont été d'ailleurs retrouvés près du squelette du garçon recouvert de pigments ocres. Un lien étroit Le génome du garçon, baptisé Anzick-1 a été comparé à celui de 143 humains contemporains provenant de diverses populations du monde. Les résultats du séquençage, publiés dans la revue Nature, mettent en évidence un lien étroit entre le jeune représentant de la culture Clovis, et les populations autochtones américaines actuelles. "Ainsi, les Américains d'origine actuels sont réellement les descendants directs des populations qui ont fabriqué et utilisé les outils Clovis et enterré cet enfant" a précisé Eske Willerslev, co-auteur de l'étude, lors d'une conférence téléphonique. Le chercheur a par ailleurs indiqué que les données génétiques concluaient également sur le fait que les ancêtres du garçon étaient originaires d'Asie. Une culture découverte il y a 80 ans De ce fait, la culture Clovis aurait été introduite par des descendants d'immigrant venus du continent asiatique et non d'Europe. Née au cours du Pléistocène supérieur, la culture Clovis a été mise en évidence pour la première fois au début des années 1930. Elle doit son nom au site archéologique situé près de la ville de Clovis, au Nouveau-Mexique, au sein duquel ont été retrouvés les premières empreintes de cette culture sous la forme de pointes de flèches biface.