« Les pourparlers sont, actuellement, en cours entre les habitants de Falloujah et les groupes armés dans cette ville, mais ces pourparlers restent stériles, car l'Etat islamique en Irak et au Levant, l'EIIL ne comprend pas le langage du dialogue et de l'entente et ce groupuscule ne connait que le langage de la force » a déclaré, dans un entretien avec le site d'information « al-Yaoum a-Thamin », Aeid Amash, membre du Conseil municipal de la province d'Al-Anbar. « L'EIIL a, au cours de ses pourparlers avec les notables de tribus, réclamé la création d'une police locale échappant au contrôle du gouvernorat d'Al-Anbar, mais ces derniers s'y sont opposés » a-t-il précisé. L'EIIL est un groupe, affilié à Al-Qaïda qui dit avoir pour objectif de créer un Etat islamique, en Irak et en Syrie. La province d'Al-Abbar a été choisie, indiquent les analystes, par l'EIIL, pour atteindre cet objectif, car il s'agit de la plus grande province à population sunnite de l'Irak, d'une part et d'autre part, elle frontalière avec la Syrie, ce qui permet aux terroristes de se déplacer, facilement, de l'Irak vers la Syrie.