Une Tunisienne s’est fait exploser contre un groupe de miliciens de l’armée syrienne libre (ASL) qui ont perquisitionné sa maison à la recherche de son mari qui fait partie de l’EIIL, l’organisation de l’Etat Islamique en Irak et au Levant (al-Qaida). Agence de Nouvelles d'Ahlul Bait (ABNA) : Selon un journal tunisien citant des sources salafistes informées, la femme kamikaze, surnommée « Oum el-Saad » avait rejoint son mari sur les territoires syriens pour combattre les autorités syriennes. « Elle fut surprise par un groupe de l’ASL qui a assiégé sa maison et a ouvert le feu contre elle. Après deux heures d’affrontements, la femme a été blessée et a donc cessé de tirer sur les miliciens. C’est ainsi que le groupe de l’ASL a pris d’assaut la maison à la recherche de son mari, croyant qu’il était responsable des tirs ». « Ayant vu que les combattants de l’ASL sont entrés dans la maison, Oum el-Saad a fait exploser sa ceinture explosive, tuant plusieurs d’entre eux. L’explosion a provoqué la destruction totale de la maison », ajoute-t-on de même source. Le journal n’a toutefois pas mentionné la région où a eu lieu l’explosion, ni la date de l’opération. « Les combattants arabes et leurs femmes sont exposés aux meurtres, aux enlèvements, et aux attaques menées par l’armée syrienne libre mais aussi par d’autres groupes portant des noms islamistes et djihadistes », poursuit le journal tunisien. De violents combats opposent depuis deux semaines les miliciens de l’EIIL et des brigades islamistes dont « le front islamique » et l’ASL. Selon l’observatoire syrien des droits de l’homme jeudi dernier, ces combats ont fait 1000 morts dans les rangs des combattants. Une milice de femmes Dans ce contexte, le quotidien britannique Times a révélé dans son édition électronique de dimanche dernier que l’EIIL compte élargir son champ de recrutement vers les femmes. Selon un blogueur britannique qui combat aux cotés de l’EIIL, cette initiative intervient en réponse aux demandes de femmes musulmanes qui réclament de rejoindre les rangs d’Al-Qaïda. Une milice propre aux femmes serait en cours de création. Déjà, les services de renseignements britanniques sont au courant de 5 femmes au moins qui ont rejoint les rangs d’Al-Qaïda en Syrie, un petit chiffre certes par rapport aux 300 hommes britanniques qui s’y sont rendus, mais auquel Londres s’intéresse.