SUPPLEMENT PARTENAIRESon roman « Deux étrangers » a été primé par le jury présidé par Erik Orsenna La remise du Prix Orange du Livre s’est déroulée le mardi 11 juin 2013 l’Hôtel Lutétia à Paris. Erik Orsenna, président du jury du Prix Orange du Livre, et Christine Albanel, directrice de la RSE, des Evénements, des Partenariats et de la Solidarité d’Orange ont dévoilé devant un public nombreux le résultat du vote des internautes et du jury. Les internautes pouvaient voter du 15 mai au 4 juin 2013 sur le site www.lecteurs.com et choisir parmi les six ouvrages sélectionnés par le jury. Présidé par Erik Orsenna, le jury était composé d’Arthur Dreyfus, lauréat du Prix Orange du Livre 2012, Colombe Schneck, Florian Zeller, Eric Reinhardt, de 2 libraires et de huit internautes sélectionnés sur candidature. Pour la première année, le jury pouvait également voter pour leur livre favori parmi les finalistes. DEUX ÉTRANGERS, D’EMILIE FRÈCHE, EST ÉLU PRIX ORANGE DU LIVRE 2013. Emilie Frèche succède à Fabrice Humbert (L’Origine de la violence, Le Passage), Jacques Gélat (Le Traducteur amoureux, Corti), David Thomas (Un Silence de Clairière, Albin Michel) et Arthur Dreyfus (Belle Famille, Gallimard), respectivement distingués de 2009 à 2012. Une dotation de 15 000 euros est attribuée au lauréat. Deux étrangers, aborde finement les thèmes de l’identité, de la transmission familiale, sujets récurrents chez Emilie Frèche. Avec humour et ironie, elle évoque les retrouvailles impossibles entre Elise et son père, dont les relations étaient rompues depuis sept ans. En route pour Marrakech, Elise, partie pour le rejoindre au volant d’une vieille R5, va vivre un véritable road trip. Bilan lucide et féroce d’une relation filiale chaotique mais néanmoins essentielle, ce roman sans concessions révèle un grand talent de romancière. Les cinq autres finalistes étaient : Michèle Audin, Une vie brève (Gallimard), Emmanuèle Bernheim, Tout s’est bien passé (Gallimard), Marco Koskas, Ivresse du reproche (Fayard), Mathieu Simonet, Marc Beltra, Roman autour d’une disparition (Omniscience) et Jean-Marc Roberts, Deux vies valent mieux qu’une (Flammarion).