Sommé de passer la vitesse supérieure, le gouvernement va annoncer ce mercredi, à l'occasion du quatrième Cimap (Comité interministériel de modernisation de l'action publique ), un objectif de 5 à 7 milliards d'économies structurelles en 2017. Comment dégager les 50 milliards d'euros d'économies sur les dépenses publiques auxquelles s'est engagé Jean-Marc Ayrault de 2015 à 2017? Soit, après 15 milliards en 2014, des montants similaires chaque année jusqu'à la fin du quinquennat. Les coups de rabot ne suffiront plus: des réformes structurelles sont indispensables. D'où la nécessité d'une «montée en puissance» du dispositif de modernisation de l'action publique (MAP), explique l'entourage du premier ministre. Lancé il y a un an, en remplacement de la révision générale des politiques publiques (RGPP) mise en place par le précédent gouvernement, son efficacité est remise en cause, y compris dans la majorité. «Il va falloir donner plus d'ampleur à la MAP, qui n'a pas vraiment réussi jusqu'à maintenant», reconnaissait récemment un ténor du PS. Sommé de passer la vitesse supérieure, le gouvernement va annoncer ce mercredi, à l'occasion du quatrième comité interministériel de la MAP (Cimap), un objectif de 5 à 7 milliards d'économies structurelles, liées à ce seul dispositif, en 2017. Premier levier: une douzaine de nouvelles évaluations des politiques publiques vont être lancées, pour 3 à 4 milliards de dépenses en moins à cet horizon. Dépenses de fonctionnement Seront notamment examinés le sujet de la chirurgie ambulatoire et le recours aux médicaments génériques: deux mesures qui doivent dégager 500 millions. Au niveau local, seront concernées la gestion des déchets et les mutualisations de dépenses de fonctionnement entre les communes et les intercommunalités. À cela s'ajoutent des actions d'optimisation de la gestion publique, dont certaines sont déjà engagées, pour un montant de 2 à 3 milliards, dans des domaines comme les achats ou la rationalisation des systèmes d'information. Pour l'heure, les 49 évaluations des politiques publiques lancées - la moitié sont finalisées - ont permis de réaliser 3 milliards d'économies dans le budget 2014. Le gouvernement ne précise pas à quel rythme vont se déployer ces nouvelles économies d'ici à 2017. Mais il faudra sans doute aller plus loin pour atteindre les objectifs fixés.