Le procès d'une femme portant un voile intégral, au coeur d'un contrôle policier mouvementé cet été, a rouvert mercredi le débat en France sur le voile intégral dans l'espace public, avec la remise en cause de la constitutionnalité de la loi qui l'interdit.
Le tribunal rendra le ۸ janvier sa décision.Cassandra Belin, jeune femme de ۲۰ ans convertie à l ' islam depuis ses ۱۵ ans, au coeur de l ' affaire, était absente à l ' audience devant le tribunal correctionnel de Versailles, près de Paris. «Elle ne veut pas être perçue à tort comme le symbole d ' une supposée islamisation rampante», a justifié son avocat Me Philippe Bataille. Le voile intégral, lui, était omniprésent dans les débats. Soutenu par le Collectif contre l ' islamophobie en France, l ' avocat a déposé devant ce tribunal «une question prioritaire de constitutionnalité» contre la loi interdisant le port du voile intégral, «une première» selon lui contre cette «loi liberticide» en vigueur depuis avril ۲۰۱۱. Cette procédure oblige le tribunal à se prononcer sur la conformité du texte avec la Constitution du pays.