La ministre de la Culture, conviée à l ' ouverture de ce nouveau lieu à Paris, a fait faux - bond à Google. Elle refuse de «servir de caution» à cette opération.

Aurélie Filippettine participera pas à l ' inauguration de l ' institut culturel de Google. La ministre de la Culture, attendue ce mardi en fin d ' après - midi rue de Londres, au siège parisien du géant du Web, a décidé de ne pas se joindre à cet événement. «Je ne veux pas servir de caution à une opération qui ne lève pas un certain nombre de questions que nous avons à traiter avec Google», a - t - elle justifié dans un entretien au Monde.
Chez Google, la surprise était totale mardi matin. «Nous sommes extrêmement déçus, la ministre Aurélie Filippetti s ' était encore engagée hier soir à venir inaugurer ce lieu», a réagi une porte - parole. «Nous allons continuer à nous engager chaque jour pour contribuer au développement de la culture via les nouvelles technologies», ajoute cette représentante de Google. L ' institut culturel est un projet qui occupe les équipes de Google en France depuis deux ans. Il s ' agit d ' un nouveau lieu, dans son hôtel particulier parisien, où le géant du Web entend exposer son savoir - faire en matière de promotion de la culture par le biais des nouvelles technologies. Une vingtaine d ' ingénieurs, essentiellement à Paris, travaillent à la mise en ligne des œuvres d ' environ ٤۰۰ partenaires. Il s ' agit pour la plupart des musées, issus de ۳٤ pays. Plus de six millions de clients sont désormais disponibles.

La Silicon Valley de la culture

L ' institut culturel sera réservé aux partenaires culturels de Google. Des événements publics s ' y tiendront néanmoins, comme une exposition dédiée aux femmes artistes et ingénieures au début du mois de février. Le lieu pourra aussi accueillir des artistes qui viendront rencontrer des ingénieurs et afin de les aider à mettre en ligne leurs œuvres. Ces artistes en résidence seront sélectionnés dans le cadre du projet «۸۹ plus» par les critiques d ' art Simon Castets et Hans Ulrich Obrist. L ' institut culturel est la nouvelle pierre du plan d ' investissement annoncé par le PDG de Google de l ' époque, Eric Schmidt, lors d ' une visite à Paris en ۲۰۱۰. Il accompagnait alors l ' acquisition du siège pour plus de ۱۰۰ millions d ' euros, un plan de soutien aux start - up, aux PME, et aux organismes de recherche. Pour Google, il s ' agit de montrer que Paris peut être «la Silicon Valley de la culture». Interrogée parLe Monde, Aurélie Filippetti a souligné qu ' il restait «un certain nombre de questions» à régler avant de retrouver des relations apaisées entre Google et la France, en particulier «la question de l ' équité fiscale, celle de la protection des données personnelles, celle de la protection de la diversité culturelle et enfin le dossier des droits d ' auteurs». «Si ce que nous faisons ne bénéficiait pas à la culture, il n ' y aurait pas ٤۰۰ institutions partenaires. Nous menons ce projet pour de bonnes raisons», répond Amit Sood, directeur de l ' institut culturel de Google.