La Maison-Blanche a affirmé mardi que l'imposition de nouvelles sanctions à l'Iran par le Congrès donnerait des arguments à la république islamique dans les négociations sur son programme nucléaire, après l'accord intérimaire obtenu fin novembre.
Le porte - parole du président Barack Obama, Jay Carney, a en outre prévenu des élus démocrates et républicains du Sénat souhaitant voter un nouveau renforcement des sanctions contre Téhéran qu ' une telle mesure serait interprétée comme une preuve de «mauvaise foi» des États - Unis. Aux termes du texte en cours de discussion au Sénat, le renforcement des sanctions n ' entrerait toutefois en vigueur que si Téhéran ne respecte pas l ' accord conclu à Genève fin novembre. «Adopter toute nouvelle sanction à l ' heure actuelle saperait nos efforts destinés à parvenir à une résolution pacifique de cette question en donnant une excuse aux Iraniens pour faire pencher la balance de l ' accord de leur côté», a affirmé M. Carney lors de son point de presse quotidien.