Les USA ont renoncé à l'achat de 15 hélicoptères russes, a annoncé John Cornyn, leader républicain au Sénat américain.
De quels hélicoptères parle - t - on et quel est le préjudice réel pour l ' honneur de la Russie?Les hélicoptères dont parle John Cornyn sont des Mi - ۱۷V - ۵, successeurs de la famille des Mi - ۸. Quel rapport avec les USA? L ' Amérique approvisionne l ' armée de l ' air afghane et les militaires américains insistent sur l ' achat de ces appareils car les Mi - ۸ conviennent parfaitement à la géographie et au climat de l ' Afghanistan et les pilotes afghans connaissent bien ces engins, qu’ils manient depuis l ' époque soviétique. Précisons tout de suite que les Américains n ' ont renoncé à aucun contrat existant. Courant ۲۰۱۱-۲۰۱۲ ils ont entièrement rempli l’accord pour l ' achat de ۲۱ Mi - ۱۷B - ۵ avec une option sur ۱۲ hélicoptères supplémentaires - pour ۵۳۸ millions de dollars au total. Après cela, un accord de ۵۷۲ millions de dollars pour la fourniture aux USA de ۳۰ appareils supplémentaires a été signé en juin ۲۰۱۳, portant le total des livraisons à ٦۳ hélicoptères. Aucun conflit irréconciliable entre Moscou et Washington n ' a jamais empêché ni n ' empêchera de poursuivre ces transactions d ' hélicoptères, mutuellement bénéfiques. La télévision et la rancune personnelle n ' ont pas empêché les Américains de verser plus d’un milliard de dollars dans la construction aéronautique russe – un secteur secondaire avec des emplois" high - tech ". Tous ces contrats restent en vigueur, comme l ' a clairement annoncé le service de presse du Pentagone. Alors quel est le fond du scandale, si tant est qu ' il s ' agisse vraiment d ' un scandale? Il existe bien, mais il ne dépasse pas les frontières américaines. Immédiatement après la signature du second contrat pour ۳۰ hélicoptères Mi - ۱۷V - ۵, les militaires américains avaient demandé au Sénat ۳٤۵ millions de dollars pour l ' achat de ۱۵ appareils supplémentaires. Ce qui aurait porté le nombre d ' engins à ۷۸. Cet argent leur a été refusé le ۳۰ juillet dernier. Il faut dire que le Sénat se bat depuis longtemps contre l’achat de ces hélicoptères. En ۲۰۱۲ déjà un groupe de sénateurs avait signé une lettre poignante décrivant l ' humiliation inimaginable du constructeur aéronautique américain et soulignant la nature amorale de la coopération avec l ' agence russe Rosoboronexport, qui livre des armes au" régime sanguinaire "de Bachar al - Assad en Syrie. A l ' époque John Cornyn figurait parmi les ۱۷ signataires de la lettre. Cette fois, à en croire le sénateur Cornyn, dans un contexte de réductions budgétaires et de guerre acharnée entre Obama et le congrès, le Pentagone a perdu tout espoir d ' obtenir de l ' argent pour ces appareils réellement nécessaires en raison du parlement, qui fait de la petite politique et spécule sur le problème syrien. Le résultat du vote a été annoncé avec une irritation non dissimulée par le Pentagone." Après avoir consulté le congrès nous avons revu nos requêtes, a déclaré la porte - parole du Pentagone Maureen Schumann. Nous avons renoncé à acheter plus d’hélicoptères Mi - ۱۷ que ceux qui ont déjà été commandés. "Alors que vient faire John Cornyn dans cette affaire?Non seulement il signe des lettres mais il est également membre des comités du Sénat pour le budget et les finances, et cela fait longtemps qu ' il se bat avec le Pentagone pour la réduction du budget militaire. Il ne défend pas la" Syrie libre "(il a notamment critiqué l ' idée même d ' une intervention américaine en Syrie) et ne se bat pas non plus contre la" menace russe ", omettant les dépenses excessives du gouvernement pour le matériel russe. Mais cette dernière question le préoccupe énormément. Le fait est que dans un an, le ٤ novembre ۲۰۱٤, Cornyn se représentera au poste de sénateur pour le Texas. Représentant cet Etat à l’industrie militaire et aérospatiale développée, Cornyn ne défendait pas les rebelles syriens contre Damas mais cherchait plutôt à promouvoir les intérêts des producteurs texans. Et il continue habilement à spéculer à ce sujet post factum, forçant le Pentagone à faire marche arrière. Une nouvelle fois on constate que la politique nationale américaine est une politique étrangère au reste du monde. Comme on dit: rien d ' idéologique, ce ne sont que des affaires internes.