"si les pourparlers nucléaires de Genève n'aboutissent pas , le département d'état diligentera lui-même l'initiative d'adopter un nouveau train de sanctions contre l'Iran", a menacé Jennifer Psaki, porte parole de Kerry, en allusion au difficile dialogue qui se déroule ne ce moment à Genève entre l'Iran et les six. " si les pourparlers trainent ou si nous avons l'impression que notre interlocuteur tue le temps , et bien notre diplomatie agira de son propre chef pour faire adopter de nouvelles sanctions. c'est justement la raison pour laquelle nous ne cessons de dire à nos amis au congrès et au sénat de laisser les pourparlers s'achever . si les résultats ne sont pas au rendez vous nous passerons à l'acte" Pesaki ne s'est pas contentée d'agiter l'épée de Damoclès au dessus de la tête de l'Iran et a eu aussi un mot pour Israël : " Nous comprenons les inquiétudes du PM israélien, nous lui donnons raison au sujet des pourparlers avec l'Iran . nous informons constamment Israël des progrès réalisés au cours des négociations et il va sans dire que les sanctions contre l'Iran se poursuivront" ! la porte parole a remercié le congrès pour avoir reporté le vote d'une nouvelle série de sanction contre l'Iran jusqu'au début de décembre.