Le journal Al Sabat se penche sur la recente visite de la délégation russe au Caire : ""notre région traverse un tournant historique qui finirait par réssuciter les alliances passées , alliance qui au cours de ces 40 dernières années ont été en état d-anesthésie . il va sans dire que le froid qui a marqué ce genre de relation a laissé place aux américains et aux israéliens pour qu'ils pêchent en eaux troubles. la viste des ministres russe de la défense et des AE au Caire a servi de transmettre le message claire de Moscou pour l'Egypte : la Russie veut soutenir l'Egypte dans la mauvaise passe qu'il travserse. l'un des motif de ce rapprochement est le contrat d'armement égypto russe qui vient d'être signé à hauteur de 10 milliards de dollars et qui comprend des avions Mig 29 des hélicoptères de combat munis de système de DCA et des missiles anti blindés. toutefois il ne faut pas trop rêver et feindre ignorer les efforts des parties régionales censées altérer les relations Moscou Le Caire. a preuve, cette visite précipitée de Kerry au Caire effectuée au lendemain de la visite de la délégation russe. et ce alors que Kerry avait reporté des dizaines de fois son déplacement en Egypte et l'avait même conditionné après le départ de Morsi. cela dit le séjour cairote de Kerry n'a pas avancé d'une pouce les objectifs de Washington et le ministre de la défense Sissi n'a pas hésité lui dire à quel point la confiance du Caire envers Washington est érodée et comment cette perte de confiance pousse le Caire à plus de coopération avec Moscou. الب ces propos ont déçu Washington et instillé le doute dans les rangs du Pentagone au sujet de l'opportunité de leur décision de suspendre leur aide militaire à l'Egypte. 24 heures après la visite des russes, Chuck Hagel a contacté Al Sissi . certes Hagel a tenu a saluer la partie égyptienne de la fin de l'état d'urgence et de la levée du couvre feu mais il est claire qu'au delà de ce discours, ce fut surtout le sentiment d'échec qui s'exprimait via ce coup de file, échec et déception de voir un allié fidèle -Egypte- changer de camp. il va sans dire que la Russie tentera de tirer un maximum de profit du désengagement US et de remplir le vide. la place de l'Egypte dans ce changement de configuration est indiscutable bien qu'elle soit amoindrie en raison des politiques catastrophiques de Sadat puis 30 années de dictature de Moubarak".