Pendant que le Parti québécois (PQ) se réunit en conseil national pour parler d'économie, les nouveaux chiffres du ministère des Finances confirment que le déficit se creuse et que l'équilibre budgétaire apparaît de moins en moins réalisable pour cette année financière. «On ne veut pas avoir des lunettes roses et dire qu'on va rattraper l'écart dans les prochains mois», a avoué le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard. Il faut être "réaliste", dit-il. Le ministre des Finances, Nicolas Marceau, présentera à la fin novembre ou au début décembre sa mise à jour économique. On y trouvera le «portrait complet de la situation, l'ampleur du problème et les gestes qu'on choisit de poser ou de ne pas poser», annonce-t-il. Les revenus autonomes sont plus faibles que prévu, ce qui «crée un écart important» à combler pour équilibrer le budget, reconnaît M. Bédard. Les trois objectifs formulés par les deux ministres: le contrôle des dépenses, de la dette et la croissance économique. Ils n'y incluent plus le déficit zéro. M. Bédard assure qu'il ne nuira pas à la croissance économique en faisant des compressions additionnelles pour équilibrer les finances. «On va prendre des mesures pour stimuler les revenus. Mais ça ne se traduira pas par des coupures au niveau des services publics (...) Le milieu financier nous demande aussi de ne pas prendre de décision qui va nuire à la croissance économique», a-t-il expliqué.