Le président de l'UEFA a annoncé ce lundi qu'il serait favorable au passage de 32 à 40 équipes lors des phases finales de Coupe du monde. Une extension bénéfique pour les continents peu représentés. Si Sepp Blatter, le président de la Fédération internationale de football (Fifa), et Michel Platini, son équivalent au sein de l'institution européenne (UEFA), ne partagent pas souvent les mêmes idées, le Suisse et le Français pourraient s'entendre sur un point. Celui prévoyant la hausse des équipes des continents africain, asiatique et nord-américain au Mondial. Mais si le Suisse propose de réduire le nombre de formations européennes (treize actuellement), l'ancien capitaine de l'équipe de France, lui, serait davantage favorable à une extension du nombre de participants aux phases finales à partir de 2018. «Je suis totalement d'accord avec M. Blatter. Nous avons besoin de plus d'Africains et d'Asiatiques. Mais au lieu d'enlever des Européens, nous devons aller jusqu'à quarante équipes, a notamment analysé Platini dans des propos relayés par l'AFP. On pourrait ajouter deux nations africaines, deux asiatiques, deux américaines, une d'Océanie et une européenne.» Et pour couper court à tout problème d'organisation, il a tenu à préciser : «Cela ferait huit groupes de cinq équipes. Et selon nos études, cela ne rajouterait que trois jours de compétition à la Coupe du monde.» Ces propos répondent à ceux énoncés par Blatter vendredi dans le magazine de la Fifa : «Il faut accorder aux fédérations africaines et asiatiques la place qu'elles méritent. Les Européens et les Sud-Américains ont la majorité des places pour la Coupe du monde alors qu'ils ont moins de fédérations que l'Afrique et l'Asie. Ce n'est pas normal que l'Afrique n'ait que cinq places.» La configuration actuelle permet à la zone Europe de présenter treize sélections nationales et à l'Amérique du Sud de qualifier entre cinq et six équipes (selon le résultat des barrages). De son côté, l'Afrique bénéficie de cinq places, l'Amérique du Nord entre trois et quatre et l'Océanie d'une seule. A noter que les phases finales de Mondial se disputent à trente-deux équipes depuis la Coupe du monde 1998, organisée en France.