Le Traité de paix et les relations bilatérales russo-japonaises a été lundi au centre d'une rencontre du président russe Vladimir Poutine avec le premier ministre nippon Shinzo Abe à Bali, en Indonésie, a annoncé le porte-parole du président russe Dmitri Peskov. "La formule japonaise "pas de vainqueur, pas de vaincu" serait la meilleure base philosophique  pour régler le problème du Traité de paix, les deux pays l'ont déjà reconnu au forum de Saint-Pétersbourg. Cette fois, les parties ont de nouveau confirmé que c'était la meilleure approche du problème. A présent, il faut trouver le moyen de l'appliquer", a indiqué le porte-parole devant les journalistes. "La rencontre s'est déroulée dans une ambiance très positive, elle a permis d'évoquer un large éventail de questions bilatérales", a-t-il ajouté. Le premier ministre japonais a hautement apprécié les efforts de Moscou visant à régler le problème syrien. M.Poutine a invité M.Abe aux Jeux olympiques d'hiver 2014 à Sotchi, en Russie. Moscou et Tokyo restent formellement en guerre, car aucun traité de paix n'a été conclu au terme de la Seconde Guerre mondiale. Depuis plusieurs décennies, les relations russo-japonaises sont envenimées par un litige territorial portant sur quatre îles qui font partie des Kouriles du sud (Itouroup, Kounachir, Shikotan et Habomai). Rattachées à la Russie au lendemain de la Seconde guerre mondiale, ces îles sont revendiquées par Tokyo qui évoque le traité bilatéral sur le commerce et les frontières de 1855 reconnaissant la souveraineté japonaise sur ces territoires. Cette revendication est avancée par Tokyo à titre de préalable à la conclusion du traité de paix avec la Russie. Moscou souligne pour sa part que la souveraineté des Kouriles est irrévocable et propose au Japon de renoncer à ses revendications et de développer la région de concert avec la Russie.