Le président bolivien Evo Morales a proposé une action en justice contre le président américain Barack Obama pour sa politique belliqueuse contre plusieurs pays. Lors de son discours prononcé lors de l’Assemblée générale de l'ONU le 24 septembre 2013, Evo Morales a qualifié son homologue américain de « criminel » pour avoir volontairement violé le droit international puis il a ajouté que son pays s’apprêtait à déposer plainte contre le président américain devant la Cour internationale pour crimes contre l'Humanité ! Le président bolivien a souhaité la formation « d’un tribunal du peuple composé d’organismes internationaux et de défenseurs des Droits de l'homme, afin de traduire en justice le président américain Barack Obama. » Il a convoqué d’urgence la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) pour dénoncer la méthode « d’intimidation de l’impérialisme nord-américain », en référence notamment à lorsque, récemment, les Etats-Unis ont interdit au président vénézuélien Nicolas Maduro le survol de l’espace aérien américain. Au mois de juillet, c’est l’avion du président bolivien qui avait été contraint d’atterrir en Autriche, en raison du blocus aérien américain. Plusieurs pays européens avaient singé la décision américaine et avaient fermé leur espace à l’avion du président bolivien, prétextant la présence de l’ancien employé de la CIA, Edward Snowden… Le président bolivien a appelé les pays membres du CELAC (Antigua-et-Barbuda, Cuba, la Dominique, l’Équateur, le Nicaragua, le Venezuela et Sainte-Lucie) à boycotter la prochaine réunion de l’ONU et à fermer les ambassades américaines présentes sur leur territoire, afin d’envoyer un message clair à l’administration d’Obama ! En 2002, la chaîne de restauration Mac Donald avait été contrainte de fermer tous ses restaurants en Bolivie. En 2013, le président Evo Morales avait annoncé l’expulsion de Bolivie de l’USAID (Agence américaine pour le développement international), l’accusant de conspiration et d’ingérence dans la politique intérieure bolivienne ! Le Parti Anti Sioniste salue l’initiative du président bolivien et encourage les pays libres et indépendants à se solidariser avec Evo Morales comme l’a fait le Venezuela. Il est grand temps que les coupables des guerres menées, au nom du sionisme et par le sionisme et l'impérialisme, soient traînés devant une cour de justice.