Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé vendredi s'être longtemps entretenu avec son homologue russe Sergueï Lavrov d'une résolution "forte" et "ferme" sur le désarmement chimique en Syrie au Conseil de sécurité des Nations unies, rapportent les médias internationaux. "Une longue conversation téléphonique a porté sur la coopération, non seulement pour adopter les règles de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, mais aussi pour adopter au sein des Nations unies une résolution ferme et forte qui garantisse que le président syrien Bachar el-Assad tienne sa promesse de détruire ses armes chimiques", a déclaré M.Kerry devant les journalistes. Le 14 septembre, M.Lavrov et Kerry se sont mis d'accord à Genève sur les modalités de mise sous contrôle international des armes chimiques syriennes et de leur destruction d'ici le milieu de 2014. Aux termes de cet accord russo-américain, l'OIAC concevra un plan d'action dont l'application sera régie par une résolution ad hoc du Conseil de sécurité de l'Onu. Deux jours après, on a constaté des divergences d'interprétation du plan Lavrov-Kerry. Washington insiste sur d'éventuelles mesures musclées en cas d'infractions au dit plan, alors que Moscou prône dans un tel cas des débats supplémentaires au Conseil de sécurité de l'Onu. Mardi, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a explicitement indiqué que la résolution ne serait pas adoptée sous chapitre 7 de la Charte de l'Onu qui prévoit un recours à la force militaire en cas de non-respect des exigences avancées par le Conseil de sécurité.