Le Président russe, Vladimir Poutine, a qualifié, jeudi, de provocation habile, l'attaque chimique commise, le 21 août, près de Damas, et dont les Occidentaux accusent le gouvernement syrien. «Nous avons toutes les raisons de croire que c'est une provocation habile», a déclaré M. Poutine, devant des experts étrangers au forum de discussion de Valdaï. «Dans le même temps, la technique est primitive», a-t-il ajouté. "On ne cesse d’accuser le gouvernement Assad d’avoir eu recours aux armes chimiques, mais on doit s’interroger sur ce qu’on fera, si les rebelles en sont responsables", a précisé monsieur Poutine. "Certains pays essaient de réanimer le modèle d'un monde unipolaire et de diluer l'institution du droit international", a-t-il estimé. "Nous constatons des tentatives de réanimer, d'une manière ou d'une autre, le modèle d'un monde unipolaire, unifié, de diluer l'institution du droit international et de la souveraineté nationale", a déclaré le chef de l'Etat. Et d'ajouter que la Russie était avec ceux qui estiment que l'élaboration des décisions doit être collective, au lieu de servir certains pays ou groupes de pays.