La Russie a appelé lundi la Syrie à rejoindre l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) et à mettre ses installations de stockage d'armes chimiques sous contrôle international. "Nous avons fait parvenir notre proposition au ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Moualem et nous attendons une réponse prompte et, je l'espère, positive", a indiqué le ministre des Affaires étrangères Sergeï Lavrov dans une déclaration suite à son entretien avec M. Moualem. "Nous exhortons la direction syrienne à non seulement accepter de mettre ses stocks d'armes chimiques sous contrôle international mais aussi à accepter leur destruction subséquente et à rejoindre complètement l'OIAC", a-t-il poursuivi. Moscou est prêt à participer immédiatement aux efforts internationaux pour contrôler l'armement chimique en Syrie si cela peut éviter la menace de frappes militaires des Etats-Unis, a ajouté le diplomate. Damas voit d'un bon oeil l'initiative de M. Lavrov, a assuré promptement M. Moualem, en disant: "La Syrie apprécie l'initiative russe procédant de la préoccupation de la direction russe pour la sécurité de notre peuple et de notre pays." Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a par ailleurs indiqué lundi que Washington pourrait reconsidérer sa décision de frapper la Syrie si M. Assad retournait tout son armement chimique à la communauté internationale dans la prochaine semaine et permettait le compte-rendu total et complet de cette opération. Les Etats-Unis ont menacé de mener une attaque militaire contre la Syrie afin de sanctionner le régime de Bachar al-Assad pour son usage présumé d'armes chimiques contre les rebelles et les civils. Damas a dénié l'usage d'armes chimiques par les troupes gouvernementales tandis que Moscou a appelé de manière réitérée à des enquêtes approfondies sur ces questions. La Russie possède de "nombreuses" preuves que les armes chimiques en Syrie ont été employées par l'opposition armée et non par les troupes gouvernementales, a dit M. Lavrov après s'être entretenu avec M. Moualem.