Les pays membres de l'Union européenne veulent qu'un débat au sein du Conseil de sécurité de l'Onu précède toute éventuelle opération militaire franco-américaine en Syrie, a annoncé une source diplomatique à Bruxelles. "Comme l'a montré la réunion de Vilnius, les pays membres de l'UE s'expriment en faveur d'une discussion [sur l'opération militaire] au sein du Conseil de sécurité de l'Onu avant le début de l'intervention", a indiqué l'interlocuteur de l'agence. Il a été antérieurement annoncé qu'à l'issue de la réunion informelle tenue les 6 et 7 septembre à Vilnius, en Lituanie, les chefs de la diplomatie des Vingt-Huit avaient exigé une riposte "claire et rigoureuse" aux auteurs de l'attaque chimique perpétrée le 21 août dernier dans la banlieue de Damas. Ceci étant dit, les ministres ont exhorté le président américain Barack Obama à s'abstenir de toute offensive contre Damas avant la publication d'un rapport de l'Onu sur l'attaque en question. Présent à la rencontre, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a remercié ses homologues européens pour leur position sur la Syrie avant de noter que les pays prêts à accorder leur soutien étaient plus nombreux que nécessaire pour lancer une intervention. La situation en Syrie a atteint sa "phase critique" le 21 août, lorsque les médias ont fait état d'une attaque chimique présumée menée par les autorités syriennes près de Damas. Selon le renseignement américain, le bilan des victimes de ce drame s'élève à 1.400 morts. Les autorités syriennes rejettent ces allégations. Damas ayant selon le président américain "franchi la ligne rouge" pointée par Washington durant l'été 2012, Barack Obama espère obtenir le feu vert du Congrès US afin de lancer une opération militaire en Syrie.