« Damas s’oppose catégoriquement à l’usage des armes chimiques et de celles de destruction massive », a déclaré l’ambassadeur syrien à l’ONU tout en réclamant le soutien de la communauté internationale à l’organisation de la Conférence de Genève-2. Le représentant permanant de la Syrie auprès de l’ONU, Bachar Jaafari, a déclaré, vendredi, que Damas se défendrait bec et ongle en cas d’une agression militaire bien qu’il soit loin de toute nature belliciste. Il a aussi plaidé pour une solution politique en tant que l’unique issue à la crise syrienne ainsi que pour la tenue de la Conférence de Genève-2. Monsieur Jaafari a critiqué les Etats-Unis pour leur prise de position envers la Syrie déclarant que ce pays faisait, lui-même, partie des problèmes de la Syrie tant qu’il continuera de fournir les armes aux terroristes et d’orchestrer les agents de renseignements dans le nord de la Jordanie et dans le sud de la Turquie, près des frontières syriennes.