Le président américain Barack Obama espère qu'une éventuelle opération militaire en Syrie ne traînera en longueur comme c'était le cas en Irak, rapporte mercredi la chaîne de télévision US PBS. "Si nous adoptons une approche modérée sans s'impliquer dans un conflit prolongé et sans reproduire la campagne irakienne, ce qui est redouté par tant de personnes, et si nous nous exprimons de manière résolue et avec retenue, le gouvernement syrien recevra un message assez fort sur le fait qu'il ferait mieux de ne pas recommencer", a déclaré le chef de la Maison Blanche dans une interview accordée à la chaîne. La situation en Syrie est entrée dans une phase critique le 21 août, date à laquelle certains médias ont fait état de l'utilisation d'armes chimiques par les troupes gouvernementales dans la région de Damas. Selon les rebelles, cette attaque présumée pourrait avoir fait jusqu'à 1.300 morts. Mardi soir, un porte-parole de la Maison Blanche a annoncé que le président Barack Obama réfléchissait toujours aux mesures de riposte à cette attaque. Bien que la décision de frapper la Syrie ne soit pas encore adoptée, le Pentagone affirme que plusieurs options sont à l'étude, dont une "réaction de force". Certains pays occidentaux, dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, ont profité de ces informations non confirmées pour appeler à une intervention militaire en Syrie sans aval du Conseil de sécurité de l'Onu.