Toute action visant à mettre fin à la crise syrienne échec, sauf l'option pacifique et diplomatique, a réaffirmé samedi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue syrien, Walid al- Moallem. Le fonctionnaire perse en plus d'insister sur la nécessité de trouver une solution négociée au conflit qui sévit dans le pays arabe depuis plus de deux ans, a exhorté le monde à soutenir un processus politique comme la seule solution au conflit. Se référant à l'attaque chimique par des terroristes dans la banlieue de la capitale syrienne de Damas, qui a tué près de 1.300 personnes, ce mercredi, a déclaré que l'utilisation d'armes chimiques, cependant, va à l'encontre des valeurs humaines et aussi les lois internationales. En outre, le chef de la diplomatie persane a demandé à de graves réactions des organisations concernées, condamnant l'utilisation d'armes chimiques contre des civils syriens, qui, selon de récentes révélations a été revendiquée à des groupes terroristes luttant contre le gouvernement constitutionnel Damas. Ministre des Affaires étrangères de la Syrie, à son tour, en attribuant terroristes création takfiries violence a fortement rejeté la possibilité d'utiliser de telles armes par l’armée, compte tenu de la demande comme un nouveau tour des ennemis du gouvernement et de la nation syrienne. Al -Moallem a déclaré que les autorités syriennes ont autorisé la coopération pratique avec les inspecteurs des Nations Unies (ONU) pour développer une recherche détaillée dans tous les endroits qui ont été soumis à une attaque chimique par des terroristes.