Le gouvernement israélien a donné son feu vert dimanche à la libération de 26 Palestiniens seulement, selon un communiqué officiel, et ce avant la reprise prévue pour mercredi des négociations israélo-palestinienne. "Huit des prisonniers sur la liste devaient être libérés dans les trois années à venir, deux d'entre eux dans les six mois", ajoute la commission gouvernementale, selon laquelle "la libération des prisonniers aura lieu au moins 48 heures après la publication de la liste", a déclaré le bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le communiqué. "Quatorze prisonniers figurant sur la liste approuvée (dimanche par la commission israélienne) seront transférés à Gaza et 12 en Cisjordanie", d'après le communiqué. Le communiqué précise que les trois ministres faisant partie de cet organisme - ceux de la guerre Moshe Yaalon, de la Justice Tzipi Livni et des Sciences et Technologies Yaakov Peri, un ancien chef du Shin Bet, les services de sécurité intérieure - ont souligné que "si un des (détenus) libérés reprenait des activités hostiles à l'égard d'Israël, il serait remis en prison pour purger sa peine". En réaction, Nous le vice-ministre palestinien des prisonniers, Ziad Abu Ain, a salué "toute libération de détenu palestinien des prisons israéliennes", espérant qu' « Israël » allait remettre en liberté le reste des prisonniers. Selon lui, 20 des 26 détenus désignés dimanche appartiennent au Fatah, le mouvement du président palestinien Mahmoud Abbas. Deux sont membres du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), deux du Hamas, et deux du Jihad islamique. Il est à noter que plus de 4900 Palestiniens sont toujours incarcérés dans les geôles israéliennes.