Dans une lettre adressée du haut commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme Navi Pillay, les courants nationaux et démocratiques de Bahreïn ont réclamé l’arrêt des violations des droits de l’Homme. Dans cette lettre, les opposants bahreïnis ont mis en garde contre la multiplication des cas de la violation des droits de l’Homme dans le pays en exigeant que toute atteinte aux droits de des citoyens bahreïnis cesse. Les opposants ont indiqué que la violation des droits de l’Homme risque de s'intensifier suite à l'amandement de la loi sur la lutte contre le terrorisme. selon la missive, tous les responsables bahreïnis sont impliqués dans la violation des droits de l’Homme. Par ailleurs, le régime des Al-Khalifa a prolongé de 45 jours, la durée de l'emprisonnement de Reyhaneh al-Mousaoui, et Nafisseh AlAsfour qui figurent au nombre des femmes activistes politiques.