La police turque a évacué par la force le dernier carré des manifestants qui occupaient le parc Gezi d’Istanbul.
La police turque a évacué, samedi, par la force, le dernier carré des manifestants qui occupaient le parc Gezi d’Istanbul, le bastion de la fronde anti - gouvernementale, qui agite la Turquie, depuis deux semaines, après un nouvel ultimatum du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.
Peu avant ۲۱h۰۰ locales(۱۸h۰۰ GMT), les forces de l’ordre sont intervenues avec des canons à eau, pour disperser les centaines de personnes, qui s’étaient réunies sur la place Taksim, puis, sont entrées dans le parc, qu’elles ont vidé de tous ses milliers d’occupants par des jets de grenades lacrymogènes. Des dizaines de protestataires ont été blessés et plusieurs personnes ont été interpellées. De nombreuses tentes dans lesquelles les occupants s’apprêtaient à passer une nouvelle nuit, ont été détruites, et leurs banderoles, arrachées. «Ils sont entrés de force, faisant usage de gaz en grande quantité. Ils nous ont frappé, même les femmes», a raconté à l’AFP un des manifestants, Ader Tefiq. Sitôt connue l’évacuation du parc, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue, à Istanbul, et dans la capitale Ankara, aux cris de «gouvernement, démission!» ou «c’est partout Taksim, c’est partout la résistance».