La décision américaine d ' armer les groupes armés en Syrie suscite une réaction sceptique du secrétaire général de l ' ONU. Ban Ki - moon juge que cela risque d ' entraîner une nouvelle détérioration du conflit. Selon lui, seule une enquête indépendante des experts de l ' ONU peut apporter la preuve ou non des attaques chimiques.Si le président américain Barack Obama a changé d ' avis sur l ' aide militaire aux rebelles syriens, BanKi - moon, lui, reste sur la même ligne. «Fournir des armes à l ' un ou l ' autre camp ne résoudra rien, persiste - t - il. Il n ' y a pas de solution militaire, seule une solution politique peut être durable. Augmenter le flot des armes ne sera d ' aucune aide.» Le secrétaire général de l ' ONU s ' était déjà agacé des livraisons d ' armes par la Russie et par les pays du Golfe au gouvernement syrien, ainsi qu ' à l ' opposition, qui ne font selon lui qu ' aggraver la situation.Experts de l ' ONULe secrétaire général dit également avoir pris bonne note des conclusions américaines à l ' encontre de Damas sur les armes chimiques. Les mêmes que celles transmises par le Royaume - Uni et par la France. Là encore Ban Ki - moon reste prudent. Des preuves convaincantes ne peuvent être obtenues, affirme - t - il, que de manière indépendante par les experts de l ' ONU. La Russie avait critiqué la décision américaine d ' armer les groupes armés en Syrie et déclaré que la preuve de Washington que le régime syrien utilise des armes chimiques n ' est pas convaincante. Moscou a aussi estimé que ce soutien militaire américain aux rebelles compliquerait les efforts de paix, alors que Washington et Moscou peinent à réunir une conférence internationale.Source: RFI, rédigé par: french. alahednews