Le chef du bloc du Changement et de la Réforme, le général Michel Aoun, a commenté l ' implication du Hezbollah dans le conflit syrien. «Le Hezbollah n ' est pas allé occuper la Syrie, mais il a empêché le conflit de se propager au Liban», a précisé M.Aoun. «Par principe, je suis contre l'interférence en Syrie par principe, mais je ne peux m'opposer à ceux qui tentent de protéger le Liban de la guerre», a-t-il ajouté. Il a affirmé sur ce plan qu'«il voulait sincèrement que la politique de distanciation soit appliquée, mais de façon concrète», déplorant que «les frontières soient restées incontrôlées». Il a en outre fait assumer la responsabilité de la détérioration de la sécurité dans le pays au gouvernement, au Conseil supérieur de défense, et aux ministères de l'Intérieur et de la Défense.