ABNA: Concernant la première question, son éminence a appelé avec insistance à la retenue extrême au Liban surtout que les événements dans la région et en Syrie affectent le Liban ». ll s’est adressé « tout particulièrement au public du Hezbollah l’avertissant de ne pas se laisser entraîner dans des disputes personnelles ou des conflits de nature judiciaire car tout peut être entraîné vers  une exarcebation confessionnelle». Pour ce qui est de la deuxième question, le secrétaire général du Hezbollah a souligné que la position du Hezbollah avant-Qossair et après-Qossair reste inchangée, ajoutant que «  nous serons présent là où nous devons l’être » et que «  ni les fatwas takfiris, ni les fatwas d’égorgement ou de couper les têtes, ni les agressions verbales ou physiques n’affecteront notre position au contraire ce genre d’attitudes ne fait que renforcer nos convictions, notre doctrine, notre combat ».. Principales idées du discours : En  cette occasion noble et chère ,  la journée du Blessé je vous remercie pour votre présence à  plusieurs endroits : dans la banlieue sud , à Nabatyieh..  et j’en profite pour féliciter tous les musulmans  la commémoration de  la naissance de l’Imam Hussein , le prince des martyrs du Paradis, ainsi que celle de son fils l’Imam Ali zain al Abidin et aussi celle du martyr,  le moujahid , celui qui représente le symbole de cette journée: Abou Fadl alAbbas et aussi p la prochaine commémoration de la naissance de l’Imam alMahdi ( le 15 du mois de Chaaban).. Au début je vais  parler ce celui qui est concerné par cette journée du Blessé :   Abou Fadl alAbbas.. D’abord je salue les blessés qui sont présents ici ou dans les hôpitaux ou dans  leur maison et qui n’ont pas pu venir et je salue leur jihad , leurs blessures qui ont béni  notre pays, notre nation, notre dignité et notre liberté.. Aussi,  je m’adresse aux parents : aux mères et pères et aux épouses qui supportent beaucoup ,  aussi aux équipes médicaux à tous les employés de l’institut des blessés,  que Dieu bénisse leurs services envers ces blessés qui sont  des martyrs vivants. Tout autant, il ne faut pas oublier, les  familles des martyrs qui ont offet leur être le plus cher, surtout les martyrs qui sont dans les derniers affrontements … AlAbbas bin Ali ben Abou Taleb,  ce bel jeune homme de  34 ans -qui était le commandant en chef de la brigade de l’Imma Hussein à la bataille de Karbala-  symbolise la foi pure, la bravoure, la loyauté, le courage, la patience, l’endurance, l’exemple parfait du moujahid qui malgré ses blessures a poursuivi son combat .. tout le monde connait son histoire. Sa mission était d’apporter de l’eau aux enfants et aux femmes .. il a accompli sa mission sauf que durant son trajet de retour , il a été attaqué, on lui a coupé la main droite, il a poursuivi son chemin, on lui a coupé la main gauche , il a toujours poursuivi son chemin alors on lui a percé l’œil avec une flèche , malgré cela il a poursuivi son chemin.. jusqu’à son martyr… Ce jeune homme est une leçon,  un titre pour les moudjahidines  de poursuivre le combat  jusqu’au dernier souffle , de poursuivre leur jihad en usant de toute leur énergie.. Cette journée du blessé  a commencé avec la naissance de la résistance en 1982, elle représente l’histoire de la Résistance islamique.. Les blessés confirment à travers cette journée,  leur choix et leur détermination à poursuivre leur jihad et Dieu les a épargnés pour que leurs blessures symbolisent  la détermination dans la foi et le jihad.. Vos blessures sont des témoignages vivants pour toutes les générations : elles témoignent des faits, des événements qui ont eu lieu dans le passé depuis 1982.. Or, aujourd’hui, plus que jamais  il y a des gens qui veulent  effacer l’histoire de la résistance, son passé, ils cherchent à déformer les faits et les événements qui ont eu lieu.. Pour chaque blessure,  il y a une histoire : il y a celle  qui a perdu sa main ou un bras ou une jambe ou qui a perdu sa vue ou qui a été paralysé.. Des histoires sur des batailles,  sur des affrontements, des  opérations de martyr, des missions de sauvetage  .. des histoires qui doivent être retransmises aux générations pour qu’elles sachent  que cette résistance s’est distinguée par une conscience très poussée  du réel danger que représente le projet américano-sioniste sur la nation musulmane et la région..Que cette résistance a combattu pendant des années et a payé cher : elle a sacrifié des  martyrs, des maisons, elle a enduré le déplacement de son peuple.. Si aujourd’hui le  pays jouit d’une dignité, d’une fierté, d’une indépendance, d’une liberté, de champs à cultiver, de l’eau, du pétrole à exploiter  c’est grâce à la résistance.. Sans elle, le pays sera sous occupation, sans elle le gouvernement libanais sera dirigé par un militaire israélien, comme cela était la cas à Tyr ou à Saïda.. Et la guerre actuelle vise entre autres à effacer le passé de cette résistance, ses exploits, ses victoires.. Il faut que les générations sachent  que depuis l’occupation israélien en 1982 qui a collaboré avec l’occupant, qui s’est dressé contre, qui a négocié avec elle , qui a été tué par l’occupant et qui  a accueilli l’occupant..  pour ne pas se laisser berner par  celui qui était un agent de l’occupation et qui se présente aujourd’hui comme un patriotique.. Il incombe aux intellectuels, aux écrivains d’écrire l’histoire de la résistances..