Qousseir, bastion des rebelles, est tombé aux mains de l ' armée syrienne. Une victoire réalisée à l ' issue d ' une bataille lancée le ۱۹ mai. L ' armée a déclaré Qousseir une ville sécurisée, nettoyée des terroristes de l ' alliance américano - takifirie.
Le projet occidental a échoué dans cette ville en dépit des importantes munitions acheminées aux groupes terroristes sous la couverture de la Ligue arabe et de la communauté internationale.L ' armée syrienne est parvenue à récupérer la plus grande ville du rif de Homs(۵۹۸,۸۰km۲). Ce fait qui lui permettra plus tard de contrôler Homs et Hama. Dans les détails, l ' armée y a lancé une offensive surprise contre les combattants de l ' Armée syrienne Libre(ASL), lesquels ont été tués, captivés ou se sont enfuis vers les régions avoisinantes. Les rebelles ont reconnu les faits. Le directeur du soi - disant Observatoire syrien des Droits de l ' homme(OSDH), Rami Abdul Rahman, a dit à l ' AFP que les combattants de l ' opposition ont lutté jusqu ' au bout, mais qu ' ils se sont retirés de la ville à cause du manque des munitions. Les médias israéliens ont suivi de près l ' avancée de l ' armée syrienne sur le terrain. La deuxième chaine de la télévision israélienne a indiqué que les réalisations de l ' armée syrienne et du Hezbollah sur le terrain, seraient une victoire stratégique en Syrie. La chaine a estimé que ce qui se déroule à Qousseir empêchera les rebelles de lancer des offensives durant plusieurs mois. Le professeur des Relations internationales de l ' université de Damas, Bassam Abou Abdallah a affirmé à Al - Ahednews que le contrôle par l ' armée syrienne de Qousseir était un coup décisif asséné à l ' opposition, dont les combattants ont perdu plus de ٤۰ % des voies de ravitaillement à partir du Liban. «Qousseir était le principal fief des rebelles. Cette ville renfermait une importante structure logistique et militaire. Avec sa chute dans la main de l ' armée, le projet américano - sioniste commence à vaciller en Syrie, face à la montée en puissance de l ' axe de la résistance dans la région», a - t - il estimé. «C ' est une véritable victoire de la résistance et de ses alliés, en prélude aux opérations militaires dans le rif de Hama, d ' Idlib et puis dans le nord - est de la Syrie. Cependant, selon les sources militaires, les importantes opérations seront menées à Alep et son rif, afin de nettoyer le territoire syrien des groupes terroristes inféodés à l ' étranger», a - t - il ajouté. Selon M. Abou Abdallah, la raison de la défaite des rebelles serait la méthode et les tactiques militaires adoptées par l ' armée syrienne, ayant assuré de nouvelles voies pour l ' acheminement des renforts vers la ville. Il a dans le même contexte affirmé que les médias israéliens s ' étaient intéressés à cette bataille, car cette dernière visait directement la résistance. «Israël avait activé les dispositifs d ' espionnage implantés dans la ville, afin d ' assister les terroristes dans les combats contre le Hezbollah et l ' armée syrienne», a - t - il conclu. Le député syrien Khaled Abboud a pour sa part rappelé que les confrontations de Qousseir étaient stratégiques pour l ' ennemi, ce qui a poussé les Syriens et leurs alliés à riposter d ' une manière stratégique.M. Abboud a souligné la coïncidence entre l'annonce de la libération de Qousseir et la tenue des négociations russo-américano-onusiennes. Selon ses propos, les Syriens et leurs alliés ont retiré toute carte que pourraient utiliser les Etats-Unis durant les pourparlers, contrairement au passé où l'occident exploitait les fabrications sur les massacres pour en accuser le régime syrien. «Cette fois, Washington est dépourvu de toutes les cartes à la conférence de Genève». «La nature de l'agression étrangère contre la Syrie est basée sur le facteur géographique, d'où l'importance du site géographique de Qousseir. Cette ville classée par les Américains et les Israéliens comme une tribune pour cerner la résistance et ses alliés au Liban», a-t-il expliqué. «L'ennemi a été déçu lorsque les deux corps militaires de l'armée syrienne et du Hezbollah ont été unis à Qousseir. Désormais, l'ennemi ne peut plus compter sur les extrémistes pour frapper la résistance». Le député Abboud a prévu la réédition des combats féroces dans d'autres régions syriennes, notamment à Alep. De ce qui précède, on pourrait déduire que la bataille de Qousseir a plongé le tandem occidental soutenant les terroristes en Syrie dans la confusion. Les mercenaires afghans, tchétchènes, arabes et africains penseront à plusieurs reprises avant de poursuivre la bataille. L'effondrement des rebelles de Qousseir se répercutera surement sur les pays hostiles à la Syrie.