Le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) s’est dit prêt à aider à évacuer, en Centrafrique même ou hors du pays, quelque 19.000 musulmans traqués par les milices chrétiennes, les anti-balaka. Les musulmans sont particulièrement menacés dans le nord de Bangui, mais aussi à Boda, Carnot et Berberati à l’ouest de la capitale, et à Bossangoa plus au nord, a expliqué Mme Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR, lors d’une conférence de presse.

La survie des musulmans ne semble plus pouvoir être assurée

En général, le HCR ne pratique pas d’évacuation, « mais leur situation est devenue trop grave », juge Fatoumata Lejeune-Kaba. Harcelés par les « anti-balaka », des milices terroristes chrétiennes, la survie des musulmans dans ces zones ne semble plus pouvoir être assurée. Depuis plusieurs mois, la population musulmane est en proie à une vague de tueries, de transferts forcés de populations et de pillages sans précédent. L’Onu évoque un nettoyage ethnique anti-musulman.