La cour d’appel de Paris a confirmé vendredi le non-lieu d’un militaire décrit comme proche de l’extrême droite radicale, pour un projet de tirer sur une mosquée de Vénissieux. Ce sergent de l’armée de l’air de 23 ans sera en revanche jugé en juin pour avoir lancé en août 2012 un cocktail Molotov sur la mosquée de Libourne en Gironde. Selon une source judiciaire, Christophe Lavigne avait reconnu devant les enquêteurs avoir jeté le cocktail Molotov sur la porte de la mosquée de Libourne mais aussi avoir projeté de tirer sur la mosquée des Minguettes à Vénissieux. Ce second projet était prévu pour le jour de la fin du Ramadan, soit le lendemain de son arrestation sur la base aérienne du Mont-Verdun près de Lyon le 7 août 2013.