Marois inquiète de possibles irrégularités électorales

La chef péquiste Pauline Marois s'inquiète de possibles irrégularités dans des circonscriptions montréalaises, où des personnes tenteraient de s'inscrire indûment sur la liste électorale. Selon un membre de la commission de révision de la liste électorale de Sainte-Marie-Saint-Jacques, un nombre « anormal » d'anglophones et d'allophones tentent d'obtenir le droit de vote depuis une semaine. Vendredi, il a décidé de démissioner car il ne pouvait plus assurer l'intégrité du processus de révision, a-t-il expliqué à Radio-Canada. Ces allégations d'irrégularités ont fait réagir Pauline Marois. « Ça soulève des questions très sérieuses. Je demande au Directeur général des élections de se pencher là-dessus. Mon directeur général va entrer en contact avec lui et nous verrons qu'elle est sa réaction ou son propos, mais c'est une situation qui m'inquiète aussi », a-t-elle dit en marge d'une pointe de presse à Rivière-du-Loup, dans le Bas-Saint-Laurent. En entrevue avec Radio-Canada, le membre de la commission électorale Le Directeur général des élections doit réagir à ces informations dans un communiqué à 15 h. Quelque 75 % des électeurs de la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques, située au coeur de la métropole, ont le français comme « première langue officielle parlée », alors que 67,6 % d'entre eux ont le français comme langue maternelle.