" Le secteur français de la viande bovine peut dire merci aux consommateurs musulmans et juifs à l ' étranger "affirme l ' Expansion - L ' Express dans la présentation d’une interview de Dominique Langlois, président d ' interbev, association interprofessionnels du bétail et des viandes. Ce dernier révèle que parmi les exportations de viande bovine,« celles dont l ' abattage provient d ' un rituel(ndlr: casher ou halal) représente ۱۰% de la production mais plus de ۵۰% des exportations.»Cette compétitivité à l’exportation s’explique selon Dominique Langlois, par le fait que la France possède« de grands cheptels une forte diversité de races et possédons une bonne renommée sur l ' élevage et le sanitaire. Depuis les crises, nous avons une bonne maîtrise sur ce point. La réglementation, très stricte en France, joue un rôle. Pour pouvoir réaliser des abattages selon des rituels religieux, il faut être déclaré en préfecture afin d ' être connu des autorités sanitaires, suivre une formation et tenir un registre qui désigne les commandes casher ou halal pour nous permettre de respecter le procédé qui doit être fait.»