La Haute représentante de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère, Catherine Ashton, a salué les progrès accomplis dans la coopération entre l'Iran et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur les questions concernant le programme nucléaire de Téhéran. S'exprimant lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU à New York, vendredi, Ashton a évoqué les derniers développements concernant la coopération en cours entre l'Iran et l’AIEA, ainsi que la poursuite des négociations nucléaires de Téhéran avec les six puissances mondiales. Le 9 Février, l'Iran et l'AIEA ont publié une déclaration conjointe à l'issue de deux jours de négociations intenses à Téhéran. Au cours des réunions, les deux parties ont examiné les progrès sur la mise en œuvre de six mesures pratiques initiales d'une feuille de route qui ont été convenues il y a trois mois, y compris l'autorisation d'inspecteurs de l'AIEA à visiter l'usine d'eau lourde d'Arak et la mine d'uranium de Gachin dans le sud de l'Iran . L'Iran et l’AIEA ont également conclu un accord sur sept mesures concrètes à mettre en œuvre par Téhéran comme des mesures volontaires pour le 15 mai 2014. Basé sur le nouvel accord, Téhéran a accepté de fournir des informations pertinentes d'un accord commun et de gérer l'accès à la mine d'uranium de Saghand à Yazd et l'usine de concentration Ardakan et d’organiser une visite technique à Lashkar Abad Centre Laser. L’Iran soumettra également une conception des questionnaires d’Informations mise à jour (QRD) pour le réacteur à eau lourde IR-40 à Arak et prendra des mesures pour mettre d'accord avec l'AIEA sur la conclusion d’une méthode de contrôle pour le réacteur IR-40. Ashton a également souligné les prochains pourparlers nucléaires à Vienne et a exprimé son optimisme que les négociations progressent davantage. Ashton a réaffirmé la détermination du Sextet de poursuivre des négociations sérieuses avec l'Iran et a noté que les négociateurs vont essayer leur mieux pour parvenir à un accord final en dépit du fait que la prochaine ronde de négociations sera très compliquée et difficile. L'Iran et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies - la Russie, la Chine, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis - plus l'Allemagne sont prévus pour tenir la prochaine série de pourparlers à Vienne le 18 février. La séance est ouverte à la lumière de la mise en œuvre d'un accord sur le nucléaire intermédiaire entre l'Iran et les six puissances mondiales crispés dans la ville suisse de Genève le 24 novembre 2013.