Le réseau social américain a publié, mercredi, après la clôture de Wall Street, une perte de ۵۱۱ millions de dollars pour l ' année ۲۰۱۳, contre ۷۹ millions en ۲۰۱۲. Le titre chutait de plus de ۱۵% dans les échanges d ' après - Bourse.

A WashingtonLe jugement est sans appel: trois mois après son introduction en bourse, Twitter doit toujours faire ses preuves. La monétisation de cet extraordinaire succés populaire n ' est pas encore démontrée. Les premiers résultats trimestriels du géant du micro - blogging depuis son arrivée à Wall Street sont décevants. Après avoir plus que doublé depuis le ٦ novembre, date de sa première cotation sur le Nasdaq, le cours de Twitter a plongé mercredi de plus de ۱۵% sur le marché de gré à gré. Certes, le chiffre d ' affaires trimestriel du réseau social américain est deux fois supérieur à celui réalisé en ۲۰۱۲, mais ses pertes annuelles, chiffrées à ۵۱۱,۵ millions de dollars, ont nettement augmenté puisqu ' elles s ' élevaient à ۷۹ millions en ۲۰۱۲. Et surtout elles dépassent largement les prévisions qui étaient de l ' ordre de ۲۵۳ millions de dollars.

La croissance ralentit

Ce grand écart qui se creuse serait en partie pardonné si par ailleurs le nombre d ' usagers du service continuait de décoller. Or, la croissance du nombre d ' accrocs de Twitter ralentit. C ' est une mauvaise nouvelle pour les annonceurs publicitaires qui représentent la principale source de revenue de l ' entreprise. Ainsi Twitter rend compte de ۲٤۱ millions d ' utilisateurs actifs, contre ۱۸۵ millions il y a un an. Le gain n ' est que de ۳۰%, alors que l ' année dernière il était de ۳۹%. On était loin d ' espérer que Twitter réalise des profits. Mais cette perspective s ' éloigne si déjà la croissance s ' essouffle.
Le plus décevant peut-être est le recul net du nombre de «timelines» visionnées. C'est la manière dont Twitter mesure l'impact potentiel de ses messages publicitaires. On ajoute une «timeline» à chaque fois qu'un utilisateur rafraîchit son écran. Or, 148 milliards de «timelines» ont été comptabilisées au cours du dernier trimestre, contre 159 milliards au cours du trimestre précédent. Il est vrai que la société est en pleine phase d'investissement massif pour développer la bonne plateforme de nature à drainer davantage de messages publicitaires encore mieux ciblés selon les goûts et intérêts des «twittos». Les dépenses totales de Twitter ont été multipliées par plus de six en un an, pour atteindre 752 millions de dollars. Pour autant la concurrence de géants comme Facebook et Google déjà très implantés, rend la croissance de Twitter plus difficile.