Une amélioration diplomatique entre l'Occident et l'Iran pourrait être en vue, a déclaré l'ex-ambassadeur du Canada à Téhéran lors de la Révolution islamique de 1979. Ken Taylor a reconnu le nouveau président de l'Iran, Hassan Rohani, un "homme remarquable" qui est à la fois familier avec l'Occident et a la confiance des plus grands théologiens musulmans de son pays. "A ce moment - je pense sans avoir l'air trop naïf ou oublier la performance iranien jusqu'à présent - nous pourrions être au bord d'une percée", l'ancien diplomate a déclaré au Global Business Forum à Banff, en Alberta, vendredi. "C'est quelqu'un qui semble avoir le mandat du chef suprême. Il connaît l'Occident, aussi bien que le reste d'entre nous." "Il est possible que M. Rohani et le président américain Barack Obama se rencontrent par hasard au sein des Nations Unies à New York la semaine prochaine", a affirmé M. Taylor, ajoutant qu'améliorer les relations avec l'Iran serait une aubaine pour les deux dernières années d'Obama dans la Maison Blanche. Taylor a dit qu'il y a un «manque de confiance mutuelle» quand il s'agit de pourparlers entre l'Iran et les pays occidentaux, mais il a continué qu'il espère que de nouvelles négociations ne seront pas freinés par des échecs passés.