Le géant d ' Internet a cédé pour un peu moins de ۳ milliards de dollars les smartphones de Motorola au groupe chinois Lenovo, mettant fin à deux ans d ' efforts pour relancer le fabricant qu ' il avait acheté à prix d ' or.

De notre correspondant à Washington, Google ne fabriquera plus de smartphones. Le géant américain abandonne son expérience entamée il y a deux ans avec le rachat de Motorola. La société californienne qui domine déjà le marché mondial des smartphones puisque son logiciel Android est au coeur de ۷۹% d ' entre eux, vend Motorola Mobility au chinois Lenovo pour près de ۳ milliards de dollars. C ' est une bonne affaire pour le groupe basé à la fois à Pékin et à Morrisville(Caroline du nord). Il cherchait précisemment à se développer dans la téléphonie pour compenser le déclin de la demande d ' ordinateurs personnels. Déjà numéro cinq des smartphones avec des appareils relativement bon marché, Lenovo désire étendre sa gamme à des portables plus sophistiqués pour concurrencer plus directement le coréen Samsung Electronics et l ' américain Apple. Lenovo, propulsé aux premiers rangs de la micro - informatique grâce à son acquisition réussie de l ' activité PC d ' IBM en ۲۰۰۵, multiplie les investissements: la firme vient en effet d ' annoncer sareprise du pôle de serveurs bas de gamme d ' IBM pour ۲,۳ milliards de dollars.

Revirement radical pour Google

Cette opération représente un revirement radical pour Google. Ce dernier en ۲۰۱۲ avait investi ۱۲, ٤ milliards de dollars dans Motorola. La firme de Mountain View estimait que ۵,۵ milliards de dollars de cette acquisition correspondait à la valeur de quelque ۱۷.۰۰۰ brevets détenus par Motorola, pionnier de la téléphonie mobile dans les années ۹۰, dépassé par la suite par Nokia, Blackberry, puis Apple. En fait La transaction annoncée mercredi soir est structurée de manière à préserver la propriété de ces brevets dans les mains de Google. Lenovo obtient simplement une licence pour les utiliser dans le cadre de sa production. Google aura perdu de l ' argent dans son aventure industrielle, même si l ' on tient compte des ۲,۳ milliards de dollars dégagés de la revente de l ' activité de Motorola dans les décodeurs de signaux de télé par cable.

Conflit d ' intérêt

Il faut croire que Google juge que les chances de succès planétaire de son Moto X et Moto G, les premiers smartphones commercialisés par Motorola sous sa responsabilité, étaient limitées. Le désengagement clarifie aussi les choses. On avait aussi beaucoup critiqué le conflit d'intérêt que représentait pour Google le fait de fabriquer des smartphones concurrents des produits vendus par ailleurs par ses meilleurs clients pour son logiciel Android, comme Samsung Electronics. À la différence d'Apple qui continue de concentrer la conception de ses équipements et de ses logiciels, tout en faisant appel à des sous-traitants comme Foxconn, Google préfère se spécialiser «dans le développement de l'écosystème Android pour le bénéfice des utilisateurs de smartphones dans le monde entier» précise Larry Page, le patron de Google. Déjà le leader de la recherche et de la publicité sur Internet fait fabriquer ses tablettes Nexus par le taiwannais Asus. C'est la démarche inverse de Microsoft qui vient d'acquérir les activités de smartphone de Nokia et compte sur elles pour développer la présence de Windows sur le marché des portables intelligents.