L'ancien ministre français des Affaires étrangères, Hervé de Charrette, a déclaré que la volonté politique d'Iran et de France est basée sur l'amélioration des relations entre les deux pays. Après sa rencontre avec le chef de la Centre de recherche stratégique du Conseil de discernement de l'intérêt supérieur d'Etat, Ali Akbar Velayati, devant un parterre de journalistes, Hervé de Charrette a exprimé son optimisme par rapport à l'avenir des relations entre l'Iran et la France. "Je suis très optimiste par rapport à l'avenir et je suis sûr que dans les prochains jours et les futures périodes, nous entendrons des nouvelles positives sur l'amélioration des relations irano-françaises, car la volonté politique des deux parties est basée sur cela", a-t-il confirmé. Se référant à la bonne présence des compagnies d'automobile françaises en Iran dans le passé, M. de Charrette a déclaré, "naturellement, les grandes entreprises françaises accueilleront bien leurs participations en Iran, si Téhéran soit intéressé par cette présence dans son pays". Soulignant le retrait de l'invitation d'Iran à la Conférence internationale de paix sur la Syrie, intitulée Genève-2, et la prévention de l'avenir de cette conférence, il a ajouté qu'il faut continuer nos efforts pour trouver une solution à la crise syrienne et pour cela le rôle d'Iran et de France est très importante. "Je suis intéressé par les innovations du président iranien et je le remercie pour ce qu'il a fait pour le développement des relations entre les deux pays après quelque temps". Fin