Le succès des barbes et des moustaches a freiné les ventes de rasoirs et pesé sur les résultats de P&G, le premier groupe mondial de produits de consommation courante. Les codes de beauté des hommes qui incitaient à se raser de près pour avoir un visage sans l'ombre d'un poil tendent à être remplacés par la mode de la barbe de trois jours, voire chez les jeunes branchés "hipsters", par la barbe de bucheron ou la moustache. Cette tendance a été exacerbée en fin d'année par le mouvement "Movembre", qui appelle les hommes à ne plus se raser en novembre pour attirer l'attention sur le cancer de la prostate en Amérique du Nord. Résultat, les ventes de rasoirs ont chuté, au point que Procter & Gamble (P&G) a annoncé vendredi une baisse de 16% sur un an de son bénéfice réalisé d'octobre à décembre. Les ventes du fabricant des rasoirs Gillette et des couches Pampers ont été tirées par les produits d'hygiène et de santé (+4%), alors que les produits de beauté ont vu leurs ventes reculer de 2% et les produits de rasage rester stables. Tendance généralisée à moins se raser Dans cette dernière catégorie, le directeur financier John Moeller a évoqué lors d'un entretien téléphonique avec des journalistes une tendance généralisée chez les hommes à "moins se raser". Heureusement pour P&G et tous les fabricants de rasoirs et produits pour le rasage, une autre mode vient contre-balancer celle des visages pileux : celle du rasage corporel. "Si la tendance à se raser le visage est en quelque sorte à la baisse, celle du rasage du corps est en hausse et nous pouvons en tirer avantage", a fait valoir le responsable financier.