Snowden, l'ancien analyste de la NSA qui encourt 30 ans de prison pour espionnage et vit réfugié en Russie, a exclu, lors d'une séance de questions-réponses écrites en direct sur le site animé par ses soutiens freesnowden.is, tout retour aux Etats-Unis. Il estime "qu'il n'y a aucune chance" qu'il bénéficie d'un procès équitable. Le fugitif américain a rappelé que les autorités américaines ne le considéraient pas comme un lanceur d'alerte, un statut protégé par la loi. Edward Snowden a aussi démenti avoir volé les mots de passe de ses anciens collègues de la NSA, comme l'affirmaient plusieurs sources anonymes en novembre. Ces informations sont "simplement fausses", a-t-il affirmé. "Je n'ai jamais volé de mot de passe, ni trompé mes collègues." Le ministre de la Justice américain, Eric Holder, a réitéré jeudi la position du gouvernement: Edward Snowden ne sera jamais gracié. "Nous avons toujours indiqué que la notion de clémence n'était pas quelque chose que nous étions prêts à envisager. A la place, s'il devait revenir aux Etats-Unis pour plaider coupable, nous ouvririons le dialogue avec ses avocats", a-t-il dit à la chaîne MSNBC.